Retrouvez-nous sur Google+

Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X

Navigate / search

Êtes-vous un spammeur qui s’ignore?

spam et pourriel - drôle d'origine pour un nom
spam et pourriel - drôle d'origine pour un nom

Courriel, prospectus, tweet… voici tout autant de manières de « spammer » sans vraiment s’en rendre compte… que faire ?

Définition d’un spam

Le spam (trouvez la définition exacte sur Wikipédia), ce n’est pas uniquement les courriels reçus par les vendeurs de viagra et autres produits miracles ou encore par les éminentes et honorables personnes qui vous proposent leur fortune en échange de vos coordonnées bancaires…

Certaines entreprises collectent des courriels accumulés au gré de rencontres professionnelles et les placent dans de grandes listes (comme sur Excel par exemple). Elles copient-collent ensuite ces adresses dans un email qu’elles envoient avec de l’information, de la publicité, email pour lequel les destinataires n’ont pas vraiment donné leur accord. Si vous vous reconnaissez dans cette pratique, vous êtes un polluposteur… C’est mieux que du viagra, certes, mais vos courriels n’en sont pas moins non sollicités.

Le spampourriel ou polluriel est une communication électronique non sollicitée, en premier lieu via le courrier électronique. Il s’agit en général d’envois en grande quantité effectués à des fins publicitaires.

À mon sens, ce n’est seulement par email le spam

En effet, sur la porte d’entrée de particuliers, du moins au Québec (vous me direz si c’est pareil en France, je ne m’en souviens plus) certains apposent une étiquette spécifiant qu’ils ne souhaitent pas recevoir de publicités. Respectez-vous cette demande lorsque vous faites de la promotion porte-à-porte ? Ou peut-être payez-vous quelqu’un pour réaliser ce travail. Je vous encourage à le briefer, car personnellement, je reçois souvent des pubs pour la pizzeria du coin, le nouveau Spa qui vient d’ouvrir et même des circulaires d’entreprises très connues. C’est énervant, surtout que nous avons pris la peine de spécifier qu’on ne désire pas ces prospectus!

Par téléphone, en télémarketing, c’est un peu pareil. Il existe maintenant, au Québec, une liste nationale de numéros de télécommunication exclus. Alors vous ne pouvez plus prendre les pages blanches et appeler chaque numéro l’un après l’autre. Certains consommateurs ont choisi de ne plus recevoir d’appel de sollicitation. Ils pourraient porter plainte contre vous si vous le faisiez tout de même.

Sur Twitter, j’ai lu récemment ce billet « pourquoi Twitter devient une usine à spam« . L’auteur y décrit l’effet pervers de l’automatisation de tâches tel que le retweet ou la promotion automatique de son blog ou encore l’envoi automatique de messages privés à chaque nouvel abonné (comme le logiciel socialomate par exemple), qu’il considère comme étant du spam.

Que ce soit par courriel, par téléphone, sur les médias sociaux ou sur tout médium qui permet de rejoindre votre clientèle, la tentation de vous promouvoir automatiquement à grand volume est risquée.  En effet, les consommateurs sont de plus en plus sollicités : publicité dans la rue, à la télévision, au téléphone, par courriel, sur les médias sociaux… Dans la rue et à la télévision, le consommateur l’accepte, n’ayant pas le choix.

Mais dans son courriel, son téléphone et sur les médias sociaux, il décide ou peut décider. Si vous ne respectez pas ce choix, vous vous tirez une balle dans le pied, car si votre sollicitation n’est pas sollicitée,  il retiendra deux choses :

  1. Cette entreprise ne me respecte pas,
  2. Cette entreprise me prend pour un numéro parmi d’autres.

Ça part mal pour établir une relation de confiance…

Que faire pour ne plus « spammer » ?

Les États-Unis ont développé une législation antispam (…). Le mécanisme est celui de l’opt-out, c’est-à-dire que le destinataire de messages commerciaux doit avoir la possibilité de demander à ne plus recevoir ces messages, alors que le système européen, plus restrictif pour les auteurs de messages commerciaux, exige un consentement a priori du destinataire (opt-in). (source Wikipédia)

Pour l’envoie de vos courriels, je vous recommande vivement la norme européenne, exigeant le consentement du destinataire, dit opt-in. Si vous regardez la boite sur le côté de mon blogue, je vous propose de télécharger un livret et de recevoir mes billets de blogue directement. Pour cela, deux étapes : inscrire vos coordonnées (1er consentement) puis aller dans votre boite de réception pour valider la demande en cliquant sur un lien (2e consentement). Il existe beaucoup de logiciels qui gèrent cela, appelés autorépondeur, le plus connu étant Aweber.

Comme vous le voyez, je ne dis pas qu’il faut abandonner le volume (Aweber est un logiciel qui gère du mass mailing, mais dans les règles de l’art), ni l’automatisation (faire la promotion de son blogue automatiquement sur les médias sociaux, c’est normal, sinon personne ne posterait son contenu…). Il faut simplement savoir doser ces outils, qui risquent, utilisés à outrance, de déshumaniser la relation qui vous essayer de développer avec vos prospects et clients. En d’autres mots, utilisez ces outils pour

  1. vous aider à gagner du temps, et non pour gagner de l’argent,
  2. à éliminer des tâches à faible valeur ajoutée ou que vous feriez manuellement de toute façon
  3. dégager du temps pour communiquer directement avec ceux qui en ont envie et ainsi faciliter la communication bidirectionnelle, nécessaire à toute action de vente, principalement sur le Web.
Sylvain

Qu'en pensez-vous ? Commentez ici !