Retrouvez-nous sur Google+

Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X

Navigate / search

Médias sociaux et grande entreprise, je t’aime, moi non plus

Dans son dernier article Michelle Blanc (oui encore elle, mais lisant son livre et son blog en ce moment tous les jours, je suis inspiré!), elle se demande et aussi à ses lecteurs quelles grandes entreprises sont hot sur les médias sociaux. Eh bien après 11 commentaires, on les cherche encore. Je les ai cherchées aussi sans succès réel. Et je me suis demandé pourquoi. Voilà mes conclusions.

Les médias sociaux sont des médias conversationnels, et normalement bidirectionnels. Or dans vie réelle avez vous déjà parler avec Coca Cola, Bombardier ou autre…? Non, peut-être à l’un de leurs employés, mais pas à l’organisation. Sur les médias sociaux c’est pareil. On ne pourrait parler qu’à une personne, qui représente l’organisation. Or, il y dans les médias sociaux quelque chose de très personnel, très spontané. Si tu mets « Sophie » ou « Robert » avec les mêmes responsabilités, à savoir gérer le compte Twitter d’une entreprise, ils le feront différemment, selon leurs intérêts, leur propension à discuter avec le monde, de voir le monde…

Imaginons une très grande entreprise, de 10 000 employés, avec des actionnaires, des enjeux politiques importants, des jeux de pouvoir, et forcément une équipe des communications qui est habituée à contrôler chaque mot qui sort de l’entreprise depuis des années. De plus, dans ce genre d’entreprise, l’équipe dirigeante et les membres du CA ne sont pas forcément nés avec les médias sociaux, ils ont souvent plus de 45 ans, et sont de fait moins a l’aise avec la philosophie des médias sociaux. Alors pour eux, les médias sociaux, oui mais à l’ancienne. On contrôle chaque message, unidirectionnelle, et on donne des objectifs de followers, de like etc…

Si tu mets Sophie ou Robert pour représenter leur propre entreprise ou une petite entreprise de quelques personnes (comme c’est énormément le cas sur les réseaux sociaux), il vont la colorer de leur personnalité, et peut-être réussir à être hot, car plus libres. Mais pour une grande entreprise, il risque d’avoir plus de mal.

Et c’est quelque part normal. Comment être soi-même et spontanée si je suis Sophie, 25 ans, et que gère le compte Facebook d’un groupe de 10 000 personnes, ou chaque mot qui sort de l’entreprise pèse très lourd?

Une idée peut-être folle, mais bonne à mon sens, serait de créer un compte sur un média social du choix de l’employé, à chacun de ceux qui sont engagés, au même titre qu’un courriel. Le compte respecterait le branding de la compagnie. L’employé serait libre de discuter selon ses intérêts tout en représentant son entreprise, avec un monitorage de l’équipe des communications pour contrôler un minimum les messages sortant pour éviter dérapages et autres erreurs, mais aussi pour faire de l’enseignement à chaque employé sur l’utilisation de son média social. Mais surtout laisser le champ libre. Imaginez ne serait-ce que 2500 employés avec seulement 100 followers et discutant avec tout ce monde la… Ça ferait une communauté de 250 000 personnes à qui faire passer les messages importants de l’entreprise !

Finalement, c’est ce qui se passe déjà dans la vie à la maison, avec les amis ou en 5@7 (mais sans monitorage)…

Ça serait hot, non ?

 

Michelle Blanc m’aurait-elle ensorcelé ?

Les médias sociaux 201
Les médias sociaux 201

Aujourd’hui j’ai commencé la lecture du dernier livre de Michelle Blanc qui vient de paraître , « Les médias sociaux 201″.

Quelque part, l’article que vous lisez prend ses origines dans le cerveau même de l’auteure… qui nous donne, en plus d’un probable bon livre, une véritable leçon de marketing.  Je vais m’expliquer, mais avant je voudrais juste vous présenter l’auteure du livre, pour ceux qui ne la connaîtraient pas.

Son style littéraire n’aurait pas été le plus remarqué à la cour du Roi, mais elle y aurait certainement eu sa place tant la pertinence de sa verve fait mouche depuis des années. Auteure de 3 ou4 blogues, de 3 livres, de plus de 37 ooo tweets, et j’en passe (pour la liste complète, cliquez-là) elle écrit, tous les jours,  et invente en temps réel un style littéraire web 2.0 des temps modernes. Adulée ou détestée, chacun est obligé de l’admettre : elle a trouvé la formule de la potion magique du marketing sur les médias sociaux (à défaut de tomber dedans étant enfant, car… ils n’existaient pas).

À mon sens, au-delà de ses compétences certaines en la matière, elle a ce quelque chose d’inspirant, que je décris dans cet article (Devenez une entreprise inspirante…). Alors compétente et inspirante, mais aussi un brin fofolle, elle ne pouvait que devenir ce qu’elle est aujourd’hui, une des personnes les plus influentes du Web, mais pas seulement… car le Web et la vie ont fusionné, il y a bien longtemps (en unité web 2.0, 1 année = 1 décennie).

Avec son troisième livre, « Les médias sociaux 201 – comment écouter, jaser et interagir sur les médias sociaux », elle apprend à son lecteur, comment il peut s’y prendre pour développer son « brand » sur le web. Autrement dit, elle nous explique comment utiliser les outils qui existent, pour un jour mettre des signes de $$$ derrière cette présence web un tantinet macrophage, et ce, de manière intelligente, j’irais presque jusqu’à dire scientifique, mais surtout de manière spontanée, à son image.

Alors, j’y arrive, comment cet article a pu prendre vie dans le cerveau de Madame Blanc ? M’aurait-elle ensorcelé, elle que bon nombre d’individus nomment papesse ou gourou des médias sociaux ? Non, l’entrepreneure, consultante devenue conférencière (de talent, je l’ai vu 3 fois) a tout simplement un sens remarquable du marketing et a investi dans ses plus fervents suiveurs en leur offrant son livre (voir ce billet de blog).

Si vous êtes blogueurs et que vous en voulez une copie pour en faire une critique, ma relationniste se fera un plaisir de vous en envoyer une copie.

Eh oui, si un blogueur convaincu parle de son livre à 500 beaux-frères :-), imaginez à combien en parle 100 ou 200… pour un investissement sûrement minime par rapport à l’impact. Et surtout, elle rend ses avides suiveurs encore plus avides et renforce les liens avec son audience.

Je trouve la leçon de marketing particulièrement bonne. Alors restez à l’affût, je ferai dans les prochains jours quelques billets qui vous donneront le meilleur des « Médias Sociaux 201″…

Merci Michelle Blanc pour ce beau cadeau, et dédicacé qui plus est.

Augmentez votre trafic en publiant vos anciens articles

Nous avons découvert un plugin WordPress, qui a retenu notre attention chez Klic marketing. Ce plugin permet de twitter automatiquement ses anciens articles publiés son blog.Il s’agit de « Tweet old post« , développé par un certain Ajay Matharu d’où le petit logo.

L’énorme avantage, c’est que vous pouvez générer davantage de trafic sur votre blog en remettant d’anciens articles au goût du jour. Vous pouvez aussi rejoindre vos nouveaux followers sur twitter, qui auraient rater vos anciens articles.

Cependant nous nous sommes demandés si ce n’était pas se moquer du lectorat que de lui resservir la même chose. Aussi, un blog a pour objectif d’apporter des nouvelles « fraîches ». Mais notre questionnement a rapidement trouver sa réponse en installant le plugin.

En effet, l’application possède de nombreuses options qui permettent de paramétrer exactement ce que vous souhaitez poster sur Tweeter, et donc de prévenir le lecteur qu’il s’agit d’un ancien article. Par ailleurs, il est possible d’ajouter un hashtag, et même de le personnaliser selon la catégorie de l’article. Si vous avez peur d’inonder vos followers de vos articles, ou au contraire si vous souhaitez les inonder (non recommendé…), il est aussi possible de paramétrer l’envoie des tweets (de plusieurs par jour à un de temps à autres).

Enfin, pour ceux qui se disent, comme nous au début, que que publier à nouveau un article datant d’il y a 2 ou 3 ans, pourrait friser le ridicule (imaginez un article en 2011 qui expliquerai la naissance d’un nouvel outil nommé Twitter…), et bien là aussi, le développeur du plugin a pensé à tout. Car vous pouvez déterminer la période au cours de laquelle l’application ira choisir des articles au hasard, par exemple, des articles publiés il y a 3 mois maximum et 1 mois minimum.

Plugin tweet old post
Plugin tweet old post

Nous recommendons les paramètres suivants :

Titre seulement / texte additionnel : « à relire sur titre blog » / inclure le lien / raccourcir l’url / utilisez un hashtag en lien avec les catégories

Twittez un ancien article selon votre nombre moyen de tweet quotidien. Je m’explique : Si vous êtes un twiteux compulsif (plus de 5 par jour), alors vous pourrez twitter davantage d’ancien articles (2 ou 3  par jour), cela passera « inaperçu ». Mais si vous tweetez 1 fois par jour ou moins alors postez moins de vieux articles (1 par jour max). N’oublions pas que twitter est un média de conversation, pas juste d’autopromotion.

Pour ce qui de la période où aller piocher vos articles, il faudrait laisser le temps à vos articles récents de vivre leur vie (un petit mois), et ne pas aller trop loin en arrière dans le temps au risque de ne plus être à jour, disons 3 mois. Donc âge minimum 30 jours et âge maximum 90 jours.

Dans les catégories à omettre, à priori aucune, sauf SAUF s’il vous arrive de publiez des articles en lien avec l’actualité ou de promotion d’évènements. Promouvoir une activité terminée depuis 2 mois, ça fait pas très pro…

Et vous, que pensez-vous de cet outil ? L’utilisez-vous ?

 

 

 

Devenez une entreprise inspirante…

"Golden Circle" de Simon Sinek
"Golden Circle" de Simon Sinek

J’ai découvert un concept de communication il y a peu en lisant le blog de Harold Paris, qui reprend en fait le travail de Simon Sinek, orateur, écrivain, inspirant pour de nombreuses organisation, conférencier et penseur…  Ce dernier s’interroge sur ce qui rend les entreprises comme Apple, pour ne citer qu’elle,  si attractives et inspirantes. En effet, parmi de nombreux constructeurs d’ordinateurs, Apple est glamour, et bénéficie d’une confiance aveugle des consommateurs. En effet, ceux-ci n’ont pas hésité une seule seconde à acheter massivement des Ipods, alors que Apple avait toujours été un constructeur d’ordinateur. Simon Synek fait état de trois niveaux de communication, et insiste sur l’un d’entre eux en particulier, fondamental, qui mène à une réflexion particulièrement inspirante.

Premier niveau de communication, le moins important : le « QUOI », c’est-à-dire, ce que votre compagnie produit. 100 % des entreprises savent ce qu’elles font. Par exemple, Apple fabrique des ordinateurs.

Ensuite, second niveau de communication : le « COMMENT ». Il s’agit des fonctionnalités de votre produit/service. Le nombre d’entreprises qui savent communiquer sur ce point est moindre. Pour Apple par exemple, il s’agirait de dire que ses ordinateurs sont puissants, esthétiques et possèdent des applications hors du commun.

Enfin vient le troisième niveau de communication, le plus important, le « POURQUOI ». Pourquoi votre offre existe, et je dirais même, pourquoi votre entreprise existe. Très peu d’entreprise ont réfléchi à ce point névralgique. Avec  » Think different », Apple communique sur le « pourquoi » de son existence, elle veut révolutionner l’apport de la technologie au commun des mortels.

La question du « pourquoi » rejoint directement la mission de votre entreprise. Selon Sinek, en communiquant sur le « pourquoi », sur vos croyances, sur votre raison d’être, votre résultat sera d’aller les croyances de chaque personne de votre audience.  En communiquant d’abord sur votre « pourquoi », vous touchez les gens en plein coeur, vous devenez inspirant. Vendre votre « quoi » et votre Comment » devient un jeu d’enfant.

Élucidez ce questionnement pour votre entreprise, et vous irez chercher l’émotion de votre audience. Pour cela rappelez-vous votre réelle motivation à vouloir développer votre entreprise ( au-delà de l’argent…), c’est-à-dire la raison pour laquelle vous vous levez chaque matin? Communiquez d’abord là-dessus, et c’est ainsi, que vous réussirez, selon Sinek,  à devenir un leader, et que votre audience viendra acheter chez vous.
Qu’en pensez-vous ?
Pour les plus courageux, voici la vidéo, très inspirante !